Créer un site internet

Billets de babette1

5 Juin 2020

Coucou, me revoilou ! La semaine a été très occupée par les commandes, les recherches des commandes faites perdues dans l’univers...la réception des commandes de fin mai, bref, ma tête fonctionne en mode « commandes » ! Bien sûr, toujours le plaisir.

Coucou 028

Un jour, en faisant mes courses au supermarché, j’avise une caisse libre avec une jeune caissière. Je fonce et commence à déballer le contenu de mon caddie. Puis tout est sur le tapis qui n’avance cependant pas, et je m’aperçois qu’elle somnolait. Je la réveille délicatement et compatis sur sa fatigue, mauvaise nuit ou bébé peut-être ? Non, c’est lundi. Certes. Je lui dis donc avec enthousiasme que ça ira mieux demain. Et là, surréaliste, elle me défile tous les jours de la semaine avec tous leurs inconvénients (je vous fais grâce de quelques uns, en gros, mercredi c’est le milieu de la semaine, vendredi c’est la fin de la semaine, et on est trop fatigué pour profiter du week-end, etc.…). Les bras m’en tombent ! Spontanément, je lui exprime toute ma compassion en lui disant que cela doit être bien triste de faire un job qui ne la satisfait pas, qu’elle est bien jeune pour vivre comme ça et qu’elle peut peut-être chercher quelque chose qui l’épanouirait. « Regardez, moi, j’ai plus de 65 ans, j’ai créé avec passion une librairie spécialisée, et j’y vais tous les jours avec un enthousiasme jamais démenti ». Et j’obtiens pour réponse « Vous voulez pas m’engager, si c’est moins fatigant ! ». Euh...finalement non. Bien sûr, je me suis mêlée de ce qui ne me regardait pas, et je n’avais pas tous les tenants et les aboutissants de sa situation, mais je vous assure que je savoure chaque moment avec vous et que c’est très chouette !

 

Rassurez-vous, j’ai quand même pensé à ce blog tous les jours et ai emmagasiné quelques infos marrantes.

Pour la mise en bouche, quel est le gars « là-haut » qui concocte les procédures ? Après avoir défendu de s’asseoir ou s’allonger sur la plage, il interdit maintenant de consommer debout dans les bars. Il a un problème postural ou quoi ? Ou c’est pour que l’on reprenne possession de nos libertés PROGRESSIVEMENT, afin de les goûter plus en conscience ? J’imagine ce qu’il doit nous préparer sur l’ouverture des piscines….Nage indienne (sur le côté) exclusivement ?

Par contre, l’inventivité pour s’adapter est fascinante. Avant, dans un bon restaurant, on nous présentait parfois le plat sous cloche Eh bien, maintenant, c’est le client qui est mis sous cloche à Paris. Si, si, certains bistrots en ont commandé, qui protègent le client un peu comme le casque pour mise en plis dans les salons de coiffure, en plexiglass bien sûr pour voir les autres convives, et assez large pour pouvoir porter la fourchette à sa bouche. Ajoutez à cela la distance entre les convives, l'histoire ne dit pas si le porte-voix est prévu! Je n’ai vraiment pas envie de tester (je me prive peut-être d’une expérience intense?), et préfère attendre….

Cloche restaujpg

Autre création baptisée “Centrepeace”. Des créateurs ont imaginé cette fois des casiers qui stérilisent les téléphones portables pendant le temps du repas. Moi,  « bêtement », je l’éteins dans ces situations...Retour aux discussions familiales sans l’intrus posé à côté de l’assiette ?

Une autre proposition devrait plaire aux enfants. Quatre créatifs ont imaginé un gel nettoyant aux pigments naturels qui change de couleur au contact des mains. Et pour séduire encore plus les petits, la pompe du gel a été remplacée par un sympathique pinceau. 9A, c’est pédagogique, il n’y a qu’à voir les multiples tutoriels montrant comment bien se la ver les mains, car effectivement, dans la vie courante, le lavage est un peu superficiel en épargnant certaines zones.

Au quotidien, certains objets sont des nids à microbes, c’est par exemple le cas des poignées de porte. Pour entrer et sortir en toute sécurité, un designer a conçu une poignée recouverte d’une éponge qui distribue automatiquement du désinfectant sur la main. De même, les sonnettes peuvent être redoutées par certains. Plus d’inquiétude avec cette sonnette du futur. Il est maintenant possible d’avertir de son arrivée et de se nettoyer les mains en même temps.

A quand les chaussures aux semelles autonettoyantes, les clefs dans une pochette stérile, les lingettes « spéciales » désinfection des lunettes, les portières des voitures s’ouvrant sans les mains, comme les coffres, etc ???

J’assiste à cette escalade en me tordant de rire. Vraiment, on en fait trop, le bon sens est bien loin, et la fée marketing tout près….

Je continue avec quelques perles.

Pour ceux qui s’inquiètent de l’application sensée traquer les contacts, j’imagine qu’elle ne fera pas long feu si on regarde l’exemple de nos amis australiens. Ils sont bien revenus d’une technologie que le Premier ministre avait présenté comme un "élément clé du retour vers la normale". Malgré un niveau de téléchargement honorable (5 millions sur une population de 25 millions), en un mois "Covidsafe" n’a permis d’identifier… qu’une seule personne. Le gouvernement australien évoque notamment des problèmes de compatibilité avec les iPhones pour expliquer cet échec…, Une nième version de « ce n’est pas de ma faute ! »

Sinon, j’ai un problème pour bac + 22 : je lisais négligemment la notice du robot de cuisine chez Lidl (réputé faire le poids face au géant Magimix, beaucoup, beaucoup plus cher), énumérant ses principales fonctions: « hacher, réduire en purée, mélanger et pétrir, émulsionner, mixer et broyer de la glace, cuire à la vapeur, peser, cuire », jusque là je comprends, mais marche à droite/à gauche et faire revenir ? Il se déplace dans la cuisine pour aller chercher les ingrédients dans le placard et le frigo ? Géniaaaaal !

J’ai également vu une pub pour une tisane à prendre le soir, votre ventre rétrécit dans la nuit !!! Mon bloqueur de pub m’a empêché de voir le contenu, mais j’imagine très bien. Honnêtement, qui n’a pas remarqué qu’au matin, l’abdomen est plus plat que la veille au soir ? Pas besoin d’une potion magique . Et utiliser le terme « rétrécir » ? Il regarde où le Haut Conseil chargé de pister les publicités mensongères ? Ca me rappelle un argumentaire pour un ancien produit anticellulite qui se vantait de déplacer l’excès de graisse des hanches vers les seins. Magique ! Le pire, c’est qu’il s’en est beaucoup vendu...

D’ailleurs, à ce propos, je m’étonne car depuis ces 2 mois mon linge a rétréci ! 3 culottes que je déchire en 3 semaines….Bizarre, vous avez dit bizarre ? J’utilise pourtant le programme « délicat ». Ce ne peut pas être les éclairs au chocolats et les paquets de tuc tout de même ? Si ? « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! »

Allez, bonne fête des mères, profitons de ces précieux moments de retrouvailles en famille, prenez tous soin les uns des autres, et à bientôt !

Fete des meres jpg

27 Mai 2020

Coucou ! Me revoilou, toute occupée par la boutique, les commandes (lentes, lentes…), vos passages pour m’embrasser (virtuellement, bien sûr), on vérifie que tout le monde va bien, et on est heureuses ! Il en faut peu pour être heureux, chantait Baloo, c’est tellement vrai. Nous sommes en train de nous adapter à ce retour très progressif à une vie à l’air libre, avec quelques contraintes, certes, mais le jeu en vaut la chandelle. Belle leçon pour vivre l’instant présent. Une jeune femme passée tout à l’heure me disait « quel dommage, 4 ans que j’habite en haut de la rue, et je ne vous avais jamais vue, et maintenant, je vais quitter la région ». Je lui ai dit bien sûr que plus tôt ce ne devait pas être le bon moment, et j’ai pensé tout bas « c’est simplement que maintenant vous avez levé les yeux ». Combien de fois je me suis désolée de voir sur les trottoirs des passants courir, l’oeil vissé au portable, et palabrant avec un interlocuteur invisible. Je vois maintenant plus de langueur, plus d’attention, c’est formidable. Moi-même, je continue sur un rythme moins trépident, et m’accorde une heure au soleil sur la terrasse avant de venir à Versailles, Lexia sur les genoux (Comme elle me tient terriblement chaud, nous négocions : 1/2 heure sur moi, 1/2 heure ...où elle veut, mais ailleurs!).

 

Petite larme à l’oeil, hier et jeudi dernier, puisque mon amie Ghislaine part pour la Bretagne et Virginie pour Marseille, je sais qu’elles vont y être très heureuses, mais les 2 en même temps, ça fait beaucoup !!! Je pense déjà à la joie des retrouvailles, et puis le confinement nous a habitué aux visios, donc on va continuer, et je sais qu’une chambre m’attendra (oups, c’est à plus de 100 km!)…

Autre larme, de joie celle-ci : samedi, ma chère Magalie m’a offert une aile en nacre, suite à une période difficile qu’elle a traversé et que nous avons essayé de lui faciliter. Elle est superbe, et la phrase qui l’a accompagnée encore plus (elle m’a autorisée à vous la partager) : « c’est l’aile de la maman canard, celle que tu as déployé au-dessus de moi pour me protéger ». J’ai été infiniment touchée, vous vous en doutez, et je ne me lasse pas de la regarder et de la toucher. Moment précieux .

Aile 2

Sinon, pour ne pas perdre les bonnes habitudes, je vous ai trouvé quelques « inventions » témoignant de la remarquable aptitude de l’être humain à créer des besoins….Cela nous montre également que chaque pays est confronté aux mêmes soucis et c’est à qui sera le plus imaginatif !

 

J’aime bien les chiens robots spots, équipés de caméras et pilotés par les autorités, qui arpentent les rues de Singapour pour appeler au respect de la distanciation physique. Des drones canins, en quelque sorte ! Mettez-en dans nos rues, et bonjour les attroupements…Au moins, ils ne salissent pas les trottoirs !

Bonus à la réactivité  chez Michelin: le célèbre guide a inauguré un premier volume « 100 km autour de chez moi », pour l’instant téléchargeable gratuitement, et concernant 5 grandes villes françaises. J’imagine l’effervescence chez les collaborateurs en télétravail chargés de fouiller dans les guides existants pour en extraire les sorties adoubées par nos législateurs…Je ne suis pas sûre qu’ils se soient bien amusés.

Moi, par contre, j’ai franchement ri avec les idées de mon top 3  en quelque sorte!

 

La première est digne d’un concours Lépine : c’est le gilet de sauvetage ! Les ouvriers autrichiens peuvent ainsi arborer des gilets jaunes d’une autre galaxie, munis de capteurs et de feux clignotants, qui détectent s’ils s’approchent trop près les uns des autres. Si la limite est franchie, l’engin se met à vibrer et sonner. Quelle douce musique dans les hangars ! L’histoire ne dit pas si on peut choisir sa sonnerie, comme sur les téléphones, peut-être une option à envisager ? Et pourquoi pas un collier qui envoie des décharges électriques ? Pavlov en a prouvé l’efficacité...

 

A Amsterdam, on se soucie plutôt de la réouverture des restaurants. Une célèbre enseigne du centre ville installe ainsi ses clients dans de petites serres équipées d’une petite table et de 2 chaises. Les plats sont posés sur une planche que les serveurs, masqués et gantés, font glisser jusqu’au dîneur (il suffit de bien cirer la table, et on aurait la remarquable pub Pliz des années 70! https://youtu.be/uNdWG1nxOZ0 ). Je propose des versions plus ludiques : assiettes posées sur un petit train qui livrerait la nourriture, tchou, tchou. Quant au vin, un petit barril attaché (après désinfection évidemment) au cou d’un Saint-Bernard. Par précaution, ne pas laisser pénétrer de chat , sinon le mastodonte fera tout voler en éclats pour le courser (je parle d’expérience, c’est arrivé à mes parents, avant ma naissance, sur le cours de l’Intendance à Bordeaux, quand leur énorme chien s’est engouffré à la suite d’un chat dans une célèbre brasserie, les 2 ressortant aussi sec par une deuxième porte, dans un tohu bohu de tables renversées ! L’histoire dit que mes géniteurs ont fait comme si de rien n’était et ont fait confiance à Satan, c’était son nom, petite blague de papa, pour retrouver le chemin de l’appartement….). On pourrait aussi confier le plat à un drone, encore, qui le parachuterait sur la table ?

 

Enfin, à mon sens la plus vide de sens, vous saisissez ? Le smart jogging ! Le développement des visioconférences, accéléré par le confinement, a inspiré à des créateurs japonais ce jogging dont le haut est une chemise. Ainsi, on traîne tranquillement à la maison, et hop, quand vient l’heure du comité de direction, pas besoin de se changer. L’apologie de la fainéantise ! Je pense que le pyjama veste de costume ou la chemise de nuit - tailleur devrait bientôt voir le jour. Non, mais, on va où, là ???

 

Bon, je retourne à la préparation de l’atelier « Guéris ta vie, réalise tes rêves » que je vais animer dimanche et lundi, probablement le dernier ou l’avant-dernier que je vais programmer, ne disposant que de ce lundi férié chaque année. Je me régale déjà en imprimant les books et en choisissant les bonnes pages et les musiques dont je vais accompagner les différents exercices.

 

Je vous laisse sur ma carte de ce matin, tirée de l’oracle « Mes alliés de la nature » : une ravissante coccinelle,

Img 7291

20 Mai 2020

Le soleil brille, on commence à accéder à des coins de verdure, c’est le bonheur. Le bonheur aussi de continuer à vous accueillir dans de bonnes conditions, nous convenons tous et toutes que le téléphone, les mails et les réseaux sociaux, c’est bien, nous avons beaucoup de chance de disposer de ces outils, mais que se voir « pour de vrai », c’est mieux ! Aujourd’hui, j’ai même reçu des roses, c’est très touchant.

Pour voir les nouveautés qui commencent à revenir, LA LIBRAIRIE SERA OUVERTE JEUDI 21 Mai de 14 h à 18h 30 (et bien sûr, de 11h à 19h normalement vendredi et samedi).

Roses

 

Et puis je suis très fière de moi : j’ai décidé à l’issue de cette période de réflexion de me traiter avec plus de douceur, et pour l’instant je m’y tiens. Le matin, je lis tranquillement au soleil sur mon balcon pendant 1h 30, puis je vais marcher un peu dans la verdure avant de partir pour la librairie où j’arrive beaucoup moins à la course (avant, j’arrivais à caser deux ou trois « obligations » avant et me dépêchais tout le temps). Le soir, gros câlin tranquille avec Lexia, et je m’accorde plus de temps pour manger. Et j’accepte (enfin!) que ce qui n’est pas fait un jour sera fait le lendemain (mais pas plus, hein, vade retro la procrastination...)

Autre joie : hier et aujourd’hui, ma chère Virginie, en plein déménagement, fait ses derniers soins à Versailles dans la « grotte » de Personnali’Thé, je la sens « à la maison », et cela nous rappelle les premières années de la librairie, à l’époque où elle n’avait plus de cabinet et où elle officiait chez moi. Je ne résiste pas, je vous offre (avec son accord) sa photo avec la visière qui lui va très bien, n’est-il pas ?

Virginie 1

D’ailleurs, pour symboliser le début de notre solide amitié, il me revient une anecdote amusante 

Je venais d’ouvrir la boutique le 30 Juillet 2013, et Virginie l’a découverte en Août. Je la revois encore s’émerveiller devant tous mes trésors (il y en a encore bien plus aujourd’hui, Personnali’Thé a grandi), et tomber entre autres en arrêt devant la collection complète Pour Penser qu’elle utilisait et conseillait fréquemment. Elle me dit alors qu’elle savait maintenant où les acheter, sans avoir à passer par internet. Elle était ravie, et nous avons immédiatement sympathisé, ce que j’appelle un coup de foudre en amitié. A peine quelques semaines plus tard, je vais au salon Zen pour rencontrer mes éditeurs et autres fournisseurs, et je m’arrête évidemment pour faire la bise à Aline et Albert de Pétigny, et refaire le plein de ces livres tellement frais et pleins de sens. Je papote un moment, je sais, ça ne me ressemble pas du tout (j’entends rire?), et dans la cohue autour du stand, j’entends une jolie voix dire « je viens juste voir les nouveautés, mais je ne vous les achèterai pas aujourd’hui, car j’ai découvert une extraordinaire librairie à Versailles, spécialisée en développement personnel, elle a tous vos ouvrages, donc j’irai les lui chercher dès mardi, c’est important de soutenir les petites boutiques, je vous donne ses coordonnées. Je me tourne, et qui je vois ? Ma Virginie en train de dégainer ma carte ! On en rit encore, Aline et Albert m’en parlaient à Marjolaine, c’est un souvenir très fort.

Par contre, quand elle reviendra nous voir de temps en temps (tous les 3 mois, m'a-t-elle promis), me reconnaîtra-t-elle? Je suis allée en effet chez l'ophtalmo lundi et samedi, je vais chez l'opticien. C'est chouette, on peut déjà faire une présélection en ligne, etensuite, il reçoit sur rendez-vous. Ce sera peut-être une idée à conserver, car quand on arrive et qu'il y a trois personnes devant nous, c'est comme chez les opérateurs téléphoniques, on a le temps de lire...  Alors, je m'amuse, fais des essais virtuels, affaire à suivre....

Je veux des lunettes j

En attendant, je vous souhaite une belle soirée, prenez soin de vous!

 

16 Mai 2020

MERCI ! Merci pour vos jolies visites et ces sourires venus droit du coeur ! Belle journée hier, je n’ai pu écrire, faute de temps, avec en plus les surprises des amies, certes avec masque et distance, mais qu’est-ce que ça m’a fait du bien ! Et puis il y a les coucous pour me parler de ce blog, je découvre mes lecteurs et lectrices, quel plaisir ! Cela m’encourage à le garder dynamique, 1 à 2 fois par semaine en moyenne, enfin, je verrai, et prendrai la « plume » dès que j’aurai quelque chose à vous partager.

Merci dans un coeur de mains medium

Bonne nouvelle aujourd’hui : recrutement de 70 millions de policiers et gendarmes pour empêcher 70 millions de français

  • de bronzer (pas besoin, la vitamine D est en vente sur ordonnance en pharmacie)

  • de s’éloigner de son domicile de 101 km ou plus (sauf attestation). Bien sûr, justificatif de domicile de moins de 1 an impératif, je n’ai pas bien compris si c’est dès qu’on bouge une roue ou simplement si on dépasse la distance autorisée, je crois qu’il la faut dans tous les cas! La vérification se fait à vol d’oiseau. Oui, mais quel oiseau, hi hi ? Aider la maréchaussée en se munissant d’un tableau donnant l’envergure des espèces les plus courantes par région...

  • de déménager sans motif « impérieux » (moi qui croyais qu’on le faisait par plaisir, tiens, je me ferais bien 60 cartons, démontage et remontage des meubles comme musculation, tout ça porté sans ascenseur, dans mon ancienne résidence, ils le bloquaient pour ne pas l'endommager...)…)

  • de prendre les transports en commun sans motif « impérieux »

  • d'être sans masque en voiture si on est accompagné (et le dit accompagnant doit être assis derrière, ça me rappelle mes années au Moyen Orient où une femme ne pouvait être à côté d’un homme, donc confinement obligatoire sur le siège arrière). Evidemment ces règles ne s’appliquent pas si on est en famille, prévoir livret de famille ou arbre généalogique pour familles recomposées ou celles qui vivent dans le pêché !

  • de s’entraîner avec un ballon, la reprise des entraînements de sports collectifs étant autorisée à compter de ce jour (On ne dit rien sur l’usage du parachute pour les paras, mais c’est une activité individuelle), les contacts étant prohibés. Ca va être coton pour le rugby, foot, hand et autres...

  • de tousser ou cracher sur les vendeu(r)ses dans les magasins, si, si, il y a déjà de nombreux exemples, moi je n’ai qu’à me louer de votre gentillesse et de votre discipline, j'avais confiance en vous!

  • De mettre un nouveau masque en tissu sans l’avoir lavé une première fois à plus de 40° (je suis chanceuse, j’ai un petit stock, mais il y en a deux que je peux maintenant offrir à des enfants...)

  • de jeter son masque dans la nature (ça, c’est bien, à étendre à tout type de déchets !)

  • d’éponger les larmes d’un enfant qui pleure

  • de partager sa zone de 4 mètres carrés dans les restaurants ou les bars quand ils rouvriront

  • de s’insurger contre les épandages de pesticides près des habitations, « ce n’est pas urgent de changer le décret »

  • DE RÂLER !!!

Enfants se faire bronzer tapis plage 43633 2806

Bon, vous l’avez compris, je me la joue 1° Avril avec un peu de retard, mais le rire est salvateur, et puis, c’est l’occasion de chercher la définition du mot « impérieux » (« qui exige d’autrui soumission et obéissance, qui s’impose avec le caractère d’une obligation, qu’il faut absolument satisfaire» dixit Larousse), donc nous voilà instruits! Mais j’ai l’impression que nos dirigeants surdiplômés, pleins de leur toute puissance, veulent empêcher de mourir, et qu’ils s’emballent et s’emberlificotent. Notre société occidentale, ce n’est pas nouveau, essaie sans cesse de faire reculer l’échéance, et souvent on arrive à redonner de belles années de vies à des personnes jadis condamnées. Souvent, mais pas toujours…

Et que dire de cette non info comme je les aime « le virus pourrait ne jamais disparaître ! » Tiens donc ! Ca, c’est pour ceux qui réfléchissent par eux-mêmes et ne tremblent pas, il faut vite leur inoculer de la peur … Qui a imaginé qu’il allait disparaître ? Il fait son job de virus, et il vient s’ajouter à la cohorte de ceux qui circulent périodiquement ou constamment depuis la nuit des temps! Notez, le journaliste a utilisé le conditionnel, façon de dire « je dis ça, mais on n’en sait rien... ». Moi, je dis « passez, il n’y a rien à voir », seul l'avenir nous dira comment il va se comporter!

Procedure 1

Tout cela me donne une idée : il est IMPERIEUX de pondre une procédure pour rédiger les procédures, vous n’êtes pas d’accord avec moi ?

Excellent week-end, profitons du soleil en restant prudents !

Sourire soleil fond 23 2147664511

14 Mai 2020

Grand, grand bonheur aujourd’hui : ma fille fête ses 40 ans ! Je n’en reviens pas comme le temps passe. Quand elle est née, on m’a offert son livre de naissance, bien sûr, et les 2 grands-mères m’ont dit « remplis-le bien, on oublie vite ». Je n’en ai pas cru un mot, enfin, c’est impossible d’oublier le moindre geste, le moindre sourire, la moindre avancée, le moindre « bon mot » de notre trésor. Eh bien si, hélas ! Notre cerveau est ainsi fait que les souvenirs s’entassent et sont remplacés progressivement par des plus récents. Donc, j’ai renseigné scrupuleusement les premières pages, collé les premières photos et le bracelet de naissance, complété l’arbre généalogique, daté la première quenotte, et puis...Mon mari n’est plus là pour que nous comblions mutuellement nos lacunes, et je me dis que si c’était à refaire, je serais beaucoup plus assidue ! Heureusement, des odeurs, des photos, des rires, des douleurs font réapparaître les jolis moments, et on s’aperçoit qu’ils sont toujours dans nos coeurs. Je ne suis pas peu fière de vous dire que le plombier venu réparer une fuite dans la chambre m’a dit que c’était le plus joli bébé de la clinique. De mauvaises langues m’ont dit qu’il devait servir son laïus à toutes les nouvelles mamans, moi, je suis sûre que nous, objectivement, je n’étais pas du tout étonnée, Viviane était (et est toujours) ravissante.

Viviane bebe

Ce séjour à la clinique nous a laissés beaucoup de bons souvenirs. Déjà, c’était l’époque où on hospitalisait au moins 6 jours, ça permettait à la maman de sortir à peu près en forme, après avoir lancé un allaitement au sein bien conduit pour celles qui le souhaitaient. S’il y avait eu la moindre complication, on passait à 8 jours et plus, il n’y avait pas les pressions du rendement à tous prix (et surtout du prix de la santé). J’avais choisi cet établissement pour la qualité de ses installations chirurgie et obstétrique, mon gynéco y officiait et j’avais toute confiance en lui. De plus, contrairement à beaucoup d’endroits, nous avions notre bébé dans la chambre, je n’aurais pas supporté de la quitter des yeux. De plus, il y avait suffisamment de sage-femmes et de puéricultrices pour prendre soin de notre trésor tant qu’on n’était pas vaillante. Les premiers jours, je pouvais ainsi assister aux soins de mon lit ou a côté, apprendre tranquillement les gestes avant de les exécuter moi-même sous leur surveillance. C’était très rassurant. Viviane a ainsi fait sa première colère, mémorable aux dires du personnel, mais ce n’était pas de sa faute, elle avait simplement réagi à mon état émotionnel. En effet, cet après-midi-là, ma mère et ma belle-mère se sont retrouvées ensemble à mon chevet. J’étais fatiguée, donc je laissais un peu passer un peu au-dessus de ma tête...jusqu’à ce que l’une d’elles mette sur le tapis le sujet des faire-parts. Mes beaux-parents nous les offraient, ils étaient très généreux, et nous avions fait le texte. Las ! Maman avait lu dans un manuel de bienséance que c’était aux parents de la maman (donc ELLE) d’annoncer l’arrivée du petit ange. Ma belle-mère soutenait à juste titre que cette règle datait de quelques siècles et que c’était bien à nous de le faire. Le ton a monté, monté, et ça s’est terminé par une belle dispute se soldant par une grosse crise de larmes chez moi, tandis que Bébé, dans son berceau, par solidarité avec moi, hurlait à tue-tête, et Michel a débarqué sur ce. Furieux, il a mis tout le monde dehors et appelé l’infirmière de garde qui m’a donné un léger sédatif, pour nous calmer toutes les deux. Effectivement, dès que je me suis sentie mieux, la petite s’est rendormie paisiblement dans son berceau, ouf ! Belle expérience de lien mère-enfant !

A la fin du séjour, quand Michel s’est présenté à la caisse, à notre grand surprise, on lui a annoncé qu’il n’avait rein à régler, que la direction nous offrait le supplément. On n’a pas demandé notre reste et sommes partis heureux doublement de cette bonne fortune inattendue. Quand 3 semaines plus tard arriva une facture...salée. Figurez-vous que parmi les internes en médecine de Marseille, il y avait 2 Calas dans la même promotion : Michel, donc, cardiologue et interniste, et un chirurgien fils d’un professeur de dermatologie très renommé. Ils étaient régulièrement confondus, et pendant tout leur cursus, les gardes de l’un étaient payées à l’autre, etc....On en riait, et on avait même trouvé une possibilité de parenté à un degré très éloigné. Cette fois-ci, rebelote, la direction de la clinique avait cru accueillir Mme Calas, belle-fille du grand ponte...et quand elle s’est rendu compte de la méprise, elle nous a réclamé son dû. Tout s’est bien fini, ils ont finalement annulé leur créance par souci politique, Michel étant également un élément très prometteur des hôpitaux qu’ils ne voulaient pas se mettre à dos... Pour la petite histoire, a confusion entre les deux nous a aussi valu quelques années plus tard une convocation au commissariat à sa place !

Autre actualité brûlante (en fait pas tant que ça) qui me fait bien rire ce matin : la polémique sur le vaccin promis par Sanofi, américains premiers servis. Moi, je suis plutôt contente. Dans ma carrière, j’ai toujours été prudente et n’ai jamais aimé faire essuyer les plâtres à ceux qui me faisaient confiance, et n’ai eu qu’à m’en féliciter. Donc, je me la j ouerais bien gentlewoman « tirez les premiers, messieurs » pour juger sur pièce des VRAIS effets secondaires. Après, que ce soit la logique économique des actionnaires du groupe pharmaceutique qui conduise à ce choix est tout à fait immoral et indéfendable sur le plan humain. Imaginez une municipalité qui fournisse en priorité des masques à l’entreprise qui lui fait le plus de dons, vous l’auriez mauvaise !

Alors pourquoi je ris ? Parce qu’on s’eng...déjà à propos d’un vaccin qui N’EXISTE PAS, et pardonnez-moi, qui n’est pas pour demain. Moment présent, moment présent...Il sera bien temps d’en discuter quand il arrivera, s’il arrive, car malgré les énormes moyens mis en œuvre, on n’a toujours pas trouvé de vaccin contre le SIDA, et ceux contre la variole, la polyo, etc...ont nécessité des dizaines d’années de mise au point. Je ne veux pas vous décourager, tous les instituts de recherche mettent le paquet, mais faut pas rêver. Donc on rediscute de tout ça quand on l’aura, et on arrête de s’écharper et on pense à autre chose!!!

Sanofi

Autre chose qui m’amuse beaucoup : les 4 mètres carrés ! Dans les écoles, c’est un vrai casse-têtes chinois, c’est le cas de le dire, ah, ah ! Mais dans les restaurants et les bars, quand ils seront autorisés à rouvrir ? J’imagine déjà le dîner en amoureux « JE T’AIME », « MOI AUSSI », beuglés derrière les masques. Mieux ; le déjeuner d’affaires avec informations top secrètes « DONC, DEMAIN A 9h50 ON LANCE L’OPA SUR MACHIN TRUC ! ». Ou l’apéro entre 2 copines qui dézinguent tout leur carnet d’adresse « T’AS SU QU’AU SORTIR DU DECONFINEMENT GERTRUDE A DEMANDE LE DIVORCE ? », « NOOOON ! ET COMMENT ILS VONT SE PARTAGER LES COMPTES OFF SHORE ? ». Je vous donne l’idée d’un grand restaurant US pour ne pas casser le moral et vous faire sentir trop isolés : ils vont installer des mannequins aux tables libres !!! A quand les poupées gonflables ?

Allez, assez ri pour aujourd'hui, très belle soirée et à bientôt

13 Mai 2020

Quand je vous parle des actes manqués ! Cette nuit, j’ai oublié de mettre mon téléphone sur mode avion, et ce matin, je vaque à mes petites affaires tranquillement (je me suis même offert 15 minutes de soleil sur la terrasse avant de venir à Versailles), quand je suis surprise par la sonnerie. C’était une dame qui a organisé bénévolement sur Fontenay, par l’entremise de la boulangerie du Parc Montaigne, des confections de masques (et de visières pour les commerçants), en échange de tissus (comme j’étais en plein dans mes cartons, la housse de couette délaissée because 2 trous aura servi à quelque chose!). J’ai ainsi reçu 5 masques et une visière qui viennent compléter mon petit stock, et heureusement, car je me suis rendu compte hier que garder un masque toute la journée, c’est épuisant, donc j’enlève quand je suis seule et j’en change plusieurs fois (je suis super organisée, comme les toilettes ne sont plus ouvertes, le lavabo accueille mon récipient, la bouilloire chauffe l’eau à 100°, des lamelles de savon de Marseille, et hop, trempette ! Je n’ai plus qu’à mettre sur cintre, et le tour est joué. Ca m’évite de les trimballer entre la boutique et la maison). Je suis profondément reconnaissante de cette initiative, beaucoup de couturières ont offert leur temps et leur savoir-faire pour nus protéger ! Il se trouve que Cécile est totalement investie dans le développement personnel et nous avons sympathisé, j’ai hâte de la rencontrer. Jolie synchronicité : j’avais retiré précautionneusement la très jolie étiquette qu’elle avait apposé sur ses petits sacs et je l’avais collée dans ma cuisine en souvenir de sa gentillesse. Drôle, non ?

Img 7217

 

Sinon, je plane toujours sur la joie de la réouverture. Je vous remercie de votre discipline, vous étiez toutes masquées et avez volontiers mis les gants, vous m’avez confié que c’était très sécurisant, donc on continue !

Pour le plaisir, je vous offre cette adorable photo de bambins appliquant les gestes « barrière » !

Enfants barriere

Dernière minute : une cliente et amie est venue tout à l’heure, et m’a offert en cadeau un merveilleux rêve qu’elle a fait et dans lequel je joue un rôle un rôle inconscient ? Involontaire ? Elle m’a autorisée à vous le partager sur mon blog http://www.transformezvotrevie.fr/blog/, je lui en suis très reconnaissante, car j’en vibre encore de partout !.

Cette adorable dame a vécu un grand chagrin cette année avec la perte de son petit chien adoré, elle en ressent encore un très grand chagrin, nous en avons beaucoup parlé, l’élixir consolation l’a énormément aidée, de même que quelques livres que je lui ai conseillés, mais un deuil ne se fait pas en un claquement de doigt. Qu’elle me pardonne si je commets quelques inexactitudes dans les détails...

Dans son rêve, elle entrait dans une librairie, qu’elle savait être Personnali’Thé, sans y ressembler, et elle me parlait, je n’étais pas l’Elisabeth qu’elle connaît « physiquement » mais elle savait sans aucun doute aucun que c’était moi. Nous discutions en confiance, comme d’habitude, et je lui remettais, soigneusement enveloppé, un petit oiseau mort en lui disant qu’elle devait aller l’enterrer. Ce qu’elle partit faire. Mais elle céda à la curiosité et souleva le tissu pour voir l’oiseau. A sa grande surprise, il n’était pas vraiment mort, et se mit immédiatement à voleter autour d’elle, allant et revenant joyeusement vers elle comme avait l’habitude de le faire son petit compagnon à 4 pattes. Elle a pris ce rêve comme un signe que lui faisait son petit chien, lui signifiant qu’il était bien, et toujours à portée « d’ailes » pour la réconforter, et depuis elle se sent beaucoup plus en paix. Je le pense aussi, étonnée d’avoir servi de « transmetteuse », et heureuse de la voir beaucoup plus pacifiée.

Colibri

De nombreux livres évoquent nos animaux dans l’au-delà, Jean-Jacques Charbonnier a reçu de nombreux témoignages au cours de TCH, et moi-même j’ai eu des signes envoyés par ma Rebecca, dont le départ brutal m’avait accablée. Je sais qu’elle est à mes côtés (si seulement elle pouvait convaincre Lexia de ne pas me bousiller les tapisseries…).

 

Je vous souhaite une belle fin de journée, prenez le soleil quand c’est possible, chouchoutez-vous !

12 mai 2020

Jour J ! Joie intense, en tournant mon panneau « ouvert » ! Même émotion que le 30 Juillet 2013, à la naissance de Personnali’Thé, et mêmes interrogations, « seront-ils ou elles au rendez-vous ? ».

20120126 044122

Tout est prêt, et les premières venues me rassurent, les mesures que j’ai prises les rassurent beaucoup. Alors, en avant toute !

Photo panneau

Je retrouve doucement certains automatismes (j’ai décidé d’en abandonner d’autres), je tâtonne un peu avec certains fichiers, mais je vous sais patient(e)s ! Et surtout, je me suis accordé un temps pour appeler mes principaux fournisseurs et prendre de leurs nouvelles, tout le monde est là, chouette, mon masque rit de soulagement. Et depuis ce matin, c’est toute une succession de coucous, pour dire qu’on est simplement HEUREUX de se retrouver. Des coups de fil aussi, « tout va bien ? ». C’est très réconfortant.

Sinon, Je continue ce que j’avais entrepris fin février, désinfection systématique du clavier CB, des poignées, des tables (même en l’absence du service du thé, patience, vous pourrez j’espère en déguster à nouveau bientôt, et dans cette attente, j’ai passé commande ce matin des références que vous aimez particulièrement pour que vous puissiez vous dorloter à la maison…), du sol, je vais me transformer en fée du logis ! Et puis j’apprends, comme tout le monde, à vivre autrement, respect des distances, port du masque, j’en teste plusieurs, c’est galère avec les lunettes, certains sont trop lâches, d’autres me cisaillent sous les yeux ou baillent sur le menton. Je découvre aussi que ce n’est pas pratique pour lire… Bon, je m’y ferai, c’est une question de responsabilité, bientôt ce seront de nouveaux automatismes. C’est à ce prix que je vais pouvoir revoir mes enfants et petits-enfants, le jeu en vaut la chandelle. Quand ça me saoûle, je pense aux enseignants qui vont devoir composer avec la spontanéité des bambins, l’exiguïté des locaux, le manque de personnel de nettoyage, etc... je les plains de tout mon coeur.

Questions commandes, DEVA est au rendez-vous, je viens de réceptionner mon gros colis (pas de bol, il est très lourd, et ils ont la consigne de laisser sur le seuil, mais, bon, pécadille, j’étais « Herculette » pour le descendre et l’ouvrir au sous-sol) pour pouvoir faire face au stress post-traumatique et continuer de vous aider. Jolie surprise : echinaflor (j’en ai pris toute une cargaison), ainsi que les nouveautés, s’est habillé de neuf, un bel emballage rouge (bélier, un jour…) débordant de vitalité.

20120126 073858

Mention spéciale à ma soirée d’hier ! Coiffeuse ! Je dis toujours que quand ça doit, ça doit...Mes amies me disaient que tout était plein pour 3 semaines au moins, et quand j’ai appelé hier à midi, il lui restait juste ce créneau ! Comme elle est à Puteaux, j’ai retrouvé le plaisir de conduire hors de nos murs, revoir la Seine, la Tour Eiffel à l’horizon, j’ai même senti un vent de liberté sur l’autoroute ! Puis, le bonheur de se faire laver les cheveux..massage du crâne délicieux, je me suis presque endormie, c’est vous dire ! J’ai eu l’impression de renaître sous ses ciseaux, c’était très dynamisant.

Img 7199J’ai failli lui dire, « coupez encore plus court, si jamais on reconfine, que ça tienne ! », mais je me suis reprise juste à temps. Je choisis de garder le cap sur cette autonomie progressivement reconquise, en sécurité. Il y a déjà bien assez de messages négatifs et infantilisants, qui disent tout et son contraire. Et la deuxième vague, et les nouveaux symptômes, et, et, et…

Heureusement, on peut compter sur quelques bévues de certain(e)s pour égayer tout ça.

Rassurez-vous : Chanel et Vuitton ont pu rouvrir !

Pour terminer, une jolie surprise.

Je vous avais dit que j'avais été "victime" d'une arnaque immobilière. Bref, 2 ans pour essayer de vendre à moins de la moitié de sa valeur, et enfin, en février, un acquéreur. Je pensais être au bout de mes peines, c'était sans compter sur le dynamisme (plus joli terme pour dire "mauvaise volonté") du syndic à qui l'agence et moi-même réclamions l'état pré-daté indispensable pour le compromis. Depuis fin février, l'agent immobilière avec qui j'ai eu le temps de sympathiser (très sérieuse et investie au demeurant, une vraie pro, intègre et tout et tout) et moi-même nous sommes relayées pour réclamer ce fichu papier. Il était toujours promis pour la semaine prochaine! Puis est arrivé ce que vous savez, le sketch a continué mais avec les difficultés de télétravail de part et d'autre. Les promesses ont continué, "parole, parole", non sans m'informer que cela me serait facturé 150 €. J'étais un peu...énervée, mais comme on ne pouvait pas avancer sans...Et aujourd'hui, 12 mai 2020, nous l'avons eu! Alleluja! Enfin, je dis, nous, c'est plutôt Tiphaine qui l'a reçu, moi j'attends la note. Et justement, j'ai reçu un sms il y a une heure, le directeur de l'agence immobilière était tellement furieux du temps perdu qu'il a négocié, sans me le dire, que cela ne me soit pas facturé. Et il l'a obtenu! Je suis ravie, d'autant que je m'étais fait une raison, mais ça me fait drôlement plaisir! Quand l'Univers fait des cadeaux....

Je vous souhaite une très belle soirée, toujours en sécurité!

11 mai 2020

Plein de joies aujourd’hui, la première étant que j’ai remis en état la boutique, et que je suis prête à vous accueillir !

Ménage à fond, comme à la fermeture, installation d’une petite table à l’entrée avec gel hydro-alcoolique et gants, au-dessus d’une poubelle dédiée, tout a à peu près repris sa place, sauf la vitrine, toute propre, que je me réserve de finir de reconcevoir demain matin, au « feeling », de même que je choisirai la citation de la semaine le moment venu !

Entree

Bien sûr, le salon de thé ne reprend pas pour l’instant, et je vous remercie de venir masqué(e)s pour la sécurité de tous. Tiens, il me vient une idée, on pourrait faire un concours photo des plus beaux looks ? Oh, ce serait drôle !

Joie inespérée celle-là, même si de moindre importance, « mais pour moi ça veut dire beaucoup », je viens d’avoir un rdv avec ma coiffeuse à 20 heures ce soir. C’était ça ou dans 3 semaines. Vous imaginez bien que je n’ai pas tergiversé et que j’ai sauté dessus...Je vais essayer de faire un montage avant – après, histoire de se souvenir…

Belle soirée aussi hier, j’adore me coucher sur un bon moment, on repassait « Dirty Dancing », dont je suis une fan absolue.

Dirty dancing affiche

Donc, j’abrège, mêmes commentaires que pour Pearl Harbor, je connais par coeur, je l’ai en DVD, et je craque quand même quand il est diffusé. Ca me réjouit toujours de voir comme certains films à petits budgets explosent de façon tout à fait inattendue quand des méga productions, autoproclamées blockbusters à grands renforts de promotions onéreuses, se ratent lamentablement. On aime toujours voir David terrasser Goliath. Comme quoi, une jolie idée, des acteurs inspirés, une bande son de qualité et une équipe enthousiaste… C’est le cas de ce film initialement catalogué comme une histoire d’amour à l’eau de rose pour adolescentes enfiévrées. Eh bien, non, beaucoup de femmes respectables comme moi, hi, hi, l’adorent et je connais plein de mecs, des vrais, qui ne boudent pas leur plaisir. Rappelez-vous l’arnacoeur. C’est en rejouant la scène du porté que Romain Dury séduit Vanessa Paradis (bon, c’est vrai, au départ, c’est pour la manipuler, mais il se laisse prendre au jeu et succombe à la magie). La musique endiablée ou diablement sexy n’a pas pris une ride, et j’ai dansé comme une folle sur mon canapé, énervant passablement Lexia, totalement insensible au sex-appeal de Patrick Swayze. Elle est partie bouder sur le lit, face au mur, pour bien me faire sentir sa désapprobation. Tant pis, elle ne sait pas ce qu’elle a raté ! Le plus drôle, c’est que les 2 héros ne pouvaient pas se supporter, et irradiaient à l’écran. Ca s’appelle le talent. Patrick Swayze était un danseur reconnu, et un travailleur acharné. Il refaisait chaque pas, chaque geste jusqu’à ce que ce soit parfait, et il s’agaçait des maladresses de sa partenaire, qui n’avait pas la même discipline. Ceci dit en passant, Jennifer Grey avait 27 ans, et est arrivée à nous faire croire aux 16-17 ans de « Bébé », une sacrée performance (je vais oublier une minute les accords toltèques, je sais que ma parole ne sera pas impeccable : quel dommage qu’elle ait succombé aux sirènes de la chirurgie esthétique, nez refait, carrière envolée…). Si on dépasse le côté bluette, beaucoup de thèmes très sérieux sont abordés, collant à l’actualité des années 60 : l ‘émancipation des femmes, l’égalité des sexes, la bataille de l’avortement, le respect des valeurs, préfigurant les objecteurs de conscience, la réussite par le travail, etc...Cela fait partie à mon avis des raisons de son succès transgénérationnel. Je vais d’ailleurs vous confier un secret : j’avais un DVD en réserve pour l’offrir à mes petites-filles une fois qu’elles seraient adolescentes. Las, elles ne savent même plus ce que c’est, les tablettes n’ont pas de lecteurs, je ne suis plus du tout à la page avec mon cadeau désormais obsolète !

Dirty dancing le secret du porte enfin revele

 

J’ai gardé le meilleur pour la fin : quand je suis arrivée à la librairie, j’ai posé mon téléphone et mes clefs sur le cahier où je note vos achats. La dernière vente du 14 était en haut de page, devinez le titre ? « Et si la vie continuait » !!!

Phrase 1J’y vois une très belle symbolique, car, oui, la vie continue, pas comme on l’aurait imaginé, certains ont souffert dans leur chair, d’autres ont perdu leur outil de travail, bref, chacun a pris un chemin qu’il n’aurait pu imaginer. Nous allons continuer, en nous réinventant, en essayant de garder les leçons de cette épreuve (je dis bien les leçons, car les polémiques, colères et critiques sont stériles, même si ce sont des étapes incontournables du deuil).

 

Continuons d’être prudents, on se retrouve « de visu » dès demain chez Personnali’Thé !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site